Vers une Baisse des Prix de l’Immobilier en 2024 : Les Tendances et les Enjeux

Les prévisions relatives à l’évolution future du marché immobilier soulèvent des interrogations cruciales, notamment en Allemagne où la Deutsche Bank annonce la possible fin du boom immobilier en 2024. Cette prédiction suscite des inquiétudes quant à la valeur des biens des propriétaires.

Les Prédictions de la Deutsche Bank » Le boom immobilier allemand de la dernière décennie prendra-t-il fin en 2024?

Au cours de la dernière décennie, les prix de l’immobilier résidentiel en Allemagne ont plus que doublé, malgré la crise sanitaire. La Deutsche Bank anticipe une pause en 2024, attribuée à une diminution prévue de la pénurie de biens immobiliers résidentiels. De nouvelles constructions en cours et une croissance démographique en baisse sont citées comme des facteurs déterminants.

Perspectives 2024 : Baisse des Prix et Possibles Reprises

D’autres analystes, tels que la plateforme Europace, prévoient une stabilité à long terme, soulignant des facteurs constants tels que l’allongement de l’espérance de vie et la faible activité de construction. Cependant, l’incertitude persiste, car les événements économiques réels ne sont que rarement prédits avec précision.

Dynamique Contrastée en 2023 : Analyse du Réseau L’Adresse

Une analyse du réseau L’Adresse pour l’année 2023 révèle un ralentissement marqué du marché immobilier, surtout dans les grandes villes. Les taux d’intérêt dépassant les 4 % ont accentué cet attentisme, entraînant des marges de négociation élevées.

En dépit d’une baisse modérée des prix enregistrée statistiquement, les marges de négociation ont augmenté, témoignant d’un contexte où la capacité d’emprunt diminue. Les agences L’Adresse rapportent également l’impact du durcissement des conditions de crédit, avec plus de la moitié des compromis de vente rompus en raison de refus de prêt.

Pour 2024, le réseau L’Adresse prévoit une baisse des prix au premier semestre, attribuée à une nécessaire adaptation des prix aux budgets des acheteurs. Certains biens, considérés comme « cœur de cible », maintiendront probablement leur valeur, tandis que le marché pourrait connaître un regain d’activité en raison de la stabilisation des taux.

LIEN 1

LIEN 2

Laisser un commentaire