Manifestation de l’ultradroite à Romans-sur-Isère : Récupération politique et tensions après la mort de Thomas

Samedi soir, une manifestation de l’ultradroite à Romans-sur-Isère, comprenant 80 militants armés, a suscité des réactions politiques passionnées. La gauche et la Macronie dénoncent une « ratonnade », tandis que LR et RN restent discrets. Les critiques soulignent une possible récupération politique de la tragédie de la mort de Thomas, 16 ans, lors du bal de Crépol la semaine précédente.

« Thomas Thomas, plus jamais ça », « Maître chez nous, maître chez nous », « Français réveille toi, tu es ici chez toi »

Quatre-vingts militants de l’ultradroite, certains originaires du quartier populaire de la Monnaie à Romans-sur-Isère, ont manifesté samedi soir.

Manifestation de l'ultradroite à Romans-sur-Isère

La manifestation, accompagnée d’une tentative d’intrusion dans le quartier, a été suivie de 20 interpellations. Des personnalités politiques dénoncent une récupération politique suite à la mort de Thomas.

La manifestation a eu lieu samedi soir, en réaction à la mort de Thomas, survenue lors du bal de Crépol le week-end précédent.

À Romans-sur-Isère, principalement dans le quartier populaire de la Monnaie, d’où proviendraient certains jeunes impliqués dans la mort de Thomas.

La gauche et la Macronie accusent l’ultradroite de récupération politique, soulignant la responsabilité de cette mouvance dans la manifestation de samedi soir.

Réactions politiques :

La patronne des Écologistes, Marine Tondelier, dénonce la précipitation de l’extrême droite à s’exprimer sans connaître réellement les faits. La France insoumise qualifie la manifestation de « tentative de ratonnade », soulignant l’instrumentalisation politique de l’événement.

Position de la droite :

Droite et extrême droite établissent des liens entre l’acte et l’immigration, évoquant la « racaille », le « racisme anti-blanc » et le « jihad du quotidien ». La présidente du RN, Marine Le Pen, parle d’une « attaque organisée » venant de « banlieues criminogènes ».

Bilan de la manifestation :

La manifestation a entraîné 20 interpellations, avec un militant d’ultradroite blessé. Neuf suspects dans l’attaque de la salle de bal de Crépol ont été mis en examen, six en détention provisoire et trois sous contrôle judiciaire.

Les réactions politiques divergent après la manifestation de l’ultradroite à Romans-sur-Isère. La récupération politique, la critique de l’extrême droite, et les déclarations de la droite alimentent un débat tendu autour de la mort tragique de Thomas.

Laisser un commentaire