Fusion des cliniques toulonnaises à La Crau : Tensions et positions tranchées

Les maires de La Crau et Hyères expriment leurs positions sur la fusion hospitalière

La fusion projetée des cliniques St-Jean et St-Roch de Toulon avec l’établissement Ste-Marguerite à La Crau continue de faire des remous. Cette initiative, qui prévoyait la création d’une méga-clinique sur un vaste terrain de 200 hectares, semble aujourd’hui être en péril. Dernièrement, cette polémique a provoqué la démission du maire de La Crau, qui soutenait le projet et occupait le poste de vice-président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée, dénonçant une prétendue « ingérence » de celle-ci.

Divergences sur le projet de méga-clinique à La Crau

Le maire de Hyères, également président de la Métropole, a exprimé sa volonté de conserver Ste-Marguerite au sein de sa commune. Jean-Pierre Giran a affirmé avec insistance que cela était crucial, soulignant que cette clinique constituait un complément indispensable à l’hôpital d’Hyères. Il a évoqué la possibilité d’un simple déménagement de la clinique hyéroise, suscitant une ouverture chez le directeur du groupement à l’origine du projet.

Cependant, l’ancien maire de Toulon, Hubert Falco, et ex-président de la Métropole, a rappelé son opposition à ce transfert éventuel des cliniques St-Roch et St-Jean à La Crau dans l’intérêt de sa ville et de ses 180 000 habitants. Dans un courrier aux maires de la Métropole, Falco a indiqué avoir déjà manifesté une ferme opposition au projet et a souligné que cela équivaudrait à un démantèlement de l’organisation sanitaire de Toulon. Il a également mentionné la disponibilité de terrains à Toulon qui pourraient être utilisés, proposant une alternative à la fusion controversée.

Cette situation complexe a mis en lumière des désaccords profonds sur l’avenir des services de santé dans la région, avec des enjeux majeurs pour les habitants de Toulon et de ses environs. La réflexion autour de cette fusion hospitalière reste ouverte, laissant planer un certain doute sur son issue finale. Les autorités locales et les acteurs de la santé devront résoudre ces divergences pour assurer la meilleure prise en charge possible des patients dans cette région.

LIEN 2021

LIEN varmatin

Un commentaire sur « Fusion des cliniques toulonnaises à La Crau : Tensions et positions tranchées »

  1. J’ai quitté Toulon il y a un an après le décès de mon mari, et j’apprends avec stupéfaction que l’on veut délocaliser 2 cliniques importantes de Toulon. J’étais moi même dans le milieu médical, Une ville avec toute la praticité médicale à proximité.
    Etre patient de longue durée n’est pas réjouissant, si en plus il faut faire des kms pour être soigné, cela devient problématique, sans parler des embouteillages sur Toulon!!!!! Il faudra organiser un système de navettes!!!! pour ceux qui n’ont pas de voiture.
    L’ancien maire etait contre ce projet, pour le bien de ses toulonnais.
    J’ai tenu à m’exprimer , même si je ne suis plus toulonnaise.
    Cordialement

Laisser un commentaire