Réaménagement de la Calanque du Pin de Galle au Pradet : Quels Travaux en Vue ?

Tensions Politiques Émergent au Pradet Concernant le Réaménagement de la Calanque du Pin de Galle

Tensions politiques au Pradet concernant les travaux de réaménagement de la Calanque du Pin de Galle.

Le Pradet, le 18 août 2023 – Au cœur de la charmante commune du Pradet, la calanque pittoresque du Pin de Galle est actuellement au centre de débats houleux entre le maire Hervé Stassinos et son ancienne première adjointe, Valérie Rialland, aujourd’hui opposante farouche au sein du groupe Pour les Pradétans (PLP).

Des tensions dans l’air malgré un ordre du jour léger

Une réunion du conseil municipal a récemment mis en lumière les tensions persistantes entre le maire et Valérie Rialland, maintenant à la tête du PLP. L’ordre du jour, pourtant léger, a rapidement été adopté à l’unanimité après une courte demi-heure de débats. Cependant, l’interruption prématurée de la séance a laissé place à un tumulte généralisé, suscitant des questions multiples de l’opposition, notamment celles concernant les travaux de réaménagement de la Calanque du Pin de Galle.

Un historique de péril et de désaccords

Rappelons qu’en décembre 2014, des glissements de terrain avaient conduit la municipalité à émettre un arrêté d’interdiction d’habiter pour une partie des habitants du hameau de cabaniers, en raison de risques potentiels. Depuis lors, une série d’expertises et de contre-expertises ont été menées, ainsi que des travaux préliminaires et une coopération avec les services de l’État et le Bureau de recherches géologiques et minières. Ces efforts visaient à déterminer les ajustements nécessaires pour éliminer les risques et assurer la sécurité des résidents.

Recours judiciaires et divergences financières

Cependant, un désaccord majeur persiste entre la Ville et la SCI Les Calanques du Pin de Galle quant à la responsabilité financière des travaux. Plusieurs recours ont été engagés devant le tribunal administratif de Toulon pour trancher cette question. Récemment, la justice a ordonné à la Ville d’entreprendre les travaux dans l’année à venir, mais cette décision a été contestée en appel au motif du coût disproportionné.

LIEN1

LIEN2

Laisser un commentaire