Plainte pour destruction d’espèces marines protégées : Associations environnementales ciblent les recharges de sable à Saint-Mandrier

Les herbiers de Posidonie en péril face aux recharges de sable non autorisées, l’effervescence des associations environnementales

Herbiers de Posidonies menacés par les recharges en sable non autorisées. Plainte déposée par l'APE et France Nature Environnement.
L’Association pour la Protection de l’Environnement (APE) et France Nature Environnement du Var et de PACA déposent une plainte pour la destruction d’espèces protégées végétales marines.

Une plainte cruciale pour la préservation de la biodiversité marine

L’Association pour la Protection de l’Environnement (APE), en collaboration avec France Nature Environnement du Var et de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), a déposé une plainte poignante pour la destruction d’espèces végétales marines protégées. Le cœur du problème réside dans les recharges de sable effectuées cette année sans l’aval des autorités compétentes, à l’initiative du Maire de Saint-Mandrier.

Une démarche concertée pour la préservation de la Posidonie

Au cœur de cette plainte se trouvent les précieux herbiers de Posidonie, dont la vitalité est menacée. La surface de ces herbiers, qui constituent un écosystème essentiel, a diminué de manière alarmante, chutant de 30% au cours des dernières années le long des côtes françaises. Un chiffre qui résonne d’autant plus fortement alors que ces herbiers représentent à peine 1,5% de la superficie totale de la mer Méditerranée.

Le déclin des herbiers de Posidonie

Les signes de détresse sont manifestes : les herbiers de Posidonie, jadis florissants, ont presque disparu de la rade. Les zones périphériques, en regard des plages de la presqu’île, exposent des végétaux sans vie, ne laissant derrière eux que des rhizomes engloutis sous le sable. Un constat désolant qui reflète l’inaction des autorités locales, illustrée par la devise récurrente du Maire « il est urgent d’attendre ». Cependant, cette léthargie contraste avec l’urgence palpable ressentie par les scientifiques, les instances officielles, les nombreuses associations et les particuliers qui appellent à une action immédiate pour la préservation de ces herbiers en déclin.

Des déclarations équivoques

Dans un article paru dans Var-Matin le 12 août 2023, M. Vincent, le Maire de Saint-Mandrier, manie avec habileté le mélange de vérités et de demi-vérités dans une stratégie confuse. Dans cet article, il affirme que « le maire de Saint-Mandrier n’est pas inquiet ». Une affirmation qui, malheureusement, semble vraie. Cependant, la réalité peinte par M. Vincent ne peint pas l’image complète. Les recharges de sable, qui se font à la manière d’un empilement en strates, ont été évoquées comme une pratique récurrente dans la commune. Mais la réalité est moins rassurante : le sable nouvellement ajouté à la surface ne remplace pas les anciens débris dispersés en mer par les tempêtes. Au contraire, il se répand dans les zones survivantes des herbiers de Posidonie à proximité, les asphyxiant progressivement et contribuant ainsi à leur destruction.

Une confusion nuisible à la préservation de la Posidonie

Le cœur de la plainte déposée par l’APE et France Nature Environnement du Var et de PACA est une confusion préjudiciable entre banquette de sable et herbier de Posidonie. Alors que M. Vincent défend sa technique du « millefeuille », la réalité est bien différente. Les recharges non autorisées en sable mettent en péril l’espèce protégée de Posidonie, suscitant des préoccupations parmi les écologistes et les amoureux de la mer. Une initiative qui envoie un message fort : la préservation de notre précieux écosystème marin ne peut tolérer d’autres retards.

En somme, l’alerte lancée par l’APE et les associations environnementales résonne comme un appel urgent à l’action, à la sensibilisation et à la protection de la biodiversité marine. Le sort des herbiers de Posidonie est entre nos mains, et leur survie dépend d’une prise de conscience collective et d’une action immédiate pour stopper la détérioration progressive de cet écosystème vital.

LIEN

Laisser un commentaire