Incident à la mairie du Pradet : Un habitant mécontent profère des menaces choquantes

Un résident du Pradet menace de « couper des têtes comme Daesh » à la mairie du Pradet

Mercredi 18 octobre, un incident choquant s’est déroulé à la mairie du Pradet, où un habitant mécontent a proféré des menaces inquiétantes à l’encontre d’un agent municipal. Cet événement a laissé la communauté locale sous le choc et a poussé la mairie à réagir vigoureusement.

Incident à la mairie du Pradet

Un différend sur un sujet d’urbanisme

L’incident a eu lieu lorsqu’un administré du Pradet s’est rendu à la mairie pour discuter d’une décision municipale liée à l’urbanisme. Visiblement mécontent de la décision, l’individu, un homme d’environ 70 ans, a laissé éclater sa frustration lors de sa rencontre avec un agent de la mairie.

Le maire de la commune, Hervé Stassinos, a décrit la rencontre comme étant virulente et marquée par des menaces qui, compte tenu du contexte, étaient jugées « plus que déplacées ». L’individu aurait menacé de « couper des têtes comme Daesh, » une référence choquante à l’organisation terroriste.

Des mots choquants d’un « habitant lambda »

Le maire a souligné que ces paroles troublantes provenaient d’un « habitant lambda » et ne semblaient pas liées à des idéologies politiques ou communautaires particulières. Il a ajouté : « Ce n’est pas une personne qui défend des idées pro-islamistes ou pro-palestiniennes. On est vraiment dans un agissement qui n’a pas de revendication politique ou communautariste. »

L’incident a été fermement condamné par le maire et la mairie, qui ont souligné que la désapprobation envers une décision municipale ne justifiait en aucun cas une telle agression verbale. Heureusement, la situation ne s’est pas aggravée au point de nécessiter l’intervention de la police, mais la mairie a décidé de porter plainte.

Réaction de la mairie du Pradet

Hervé Stassinos a expliqué que la mairie avait choisi de porter plainte pour exprimer sa fermeté face à de tels comportements inacceptables. Il a ajouté : « Notre rôle est de faire preuve de fermeté par rapport à ces agissements qui ne servent personne et n’ont pas lieu d’être. »

Cet incident à la mairie du Pradet soulève des questions sur la façon dont les citoyens expriment leur mécontentement envers les décisions municipales et met en évidence la nécessité de promouvoir un dialogue civilisé et respectueux, même en cas de désaccord.

Laisser un commentaire