Forte hausse des défaillances d’entreprises dans le secteur immobilier et de la construction au 2e trimestre 2023

Des agences immobilières en difficulté, la construction en tête de liste

Un bilan alarmant pour le secteur de l’immobilier et de la construction

Façade d'une agence immobilière fermée

Le 17 juillet 2023, Altares a publié une étude révélatrice sur les défaillances et les sauvegardes des entreprises en France pour le deuxième trimestre de cette année. Les chiffres font état d’une hausse significative des défaillances d’entreprises dans le domaine de la construction, comprenant le bâtiment et l’immobilier, avec un total de 3 084 défaillances, soit une augmentation de 35 % par rapport au même trimestre de l’année précédente.

Les agences immobilières en première ligne

Parmi les constatations frappantes de cette étude, les défaillances des agences immobilières se distinguent par une croissance vertigineuse de 104,4 %, marquant ainsi la plus grande augmentation dans tous les secteurs confondus. Cette situation place les agences immobilières en tête des entreprises les plus touchées par les difficultés économiques.

L’immobilier et la construction touchés de plein fouet

Les chiffres spécifiques dans le secteur de la construction sont tout aussi préoccupants. Les entreprises de gros œuvre ont enregistré une hausse de 37,2 % des défaillances, tandis que celles du second œuvre ont connu une augmentation de 33,4 %. Dans le domaine des travaux publics, les défaillances ont augmenté de 24,1 %. Cependant, la promotion immobilière présente une exception en enregistrant une baisse de 15,8 % de ses défaillances.

Des perspectives incertaines pour l’avenir

Thierry Millon, directeur des études chez Altares, souligne que malgré un signal encourageant en juin 2023, marquant une pause dans l’augmentation mensuelle de 50 % des défaillances depuis février 2022, la situation reste préoccupante. Les vacances judiciaires d’août allègent traditionnellement le bilan estival, mais à moins d’une forte accélération des assignations Urssaf à la rentrée, le prévisionnel de 55 000 défaillances pour l’année 2023 demeure plausible. Après 28 500 défaillances au premier semestre, on s’attend à environ 26 000 de plus pour le second semestre.

Des comparaisons inquiétantes

Thierry Millon ajoute que le nombre de défaillances d’entreprises au deuxième trimestre 2023 a franchi le cap des 13 000, ramenant la situation à des niveaux similaires à ceux de 2016, marqués par des crises financières et européennes. Les entreprises destinées aux consommateurs, notamment la restauration rapide, l’alimentation générale, la coiffure et la réparation et vente de véhicules, sont les plus touchées. Les TPE représentent plus de 90 % des entreprises en difficulté, dont les trois quarts sont liquidées immédiatement. Plus de 1 100 PME et ETI ont également fait défaut, une situation sans précédent depuis plus de 10 ans.

Laisser un commentaire